Santé y compris VIH/sida, maladies non transmissibles, nutrition, planification familiale, assainissement de base

Effet attendu : D’ici à fin 2018, les enfants de moins de 5 ans, les adolescents (es),  les femmes en âge de procréer et les ménages bénéficient de façon équitable  d’interventions à haut impact de qualité en santé y compris le VIH/SIDA, les MNT, la nutrition, la planification familiale, l’assainissement de base et les communautés adoptent des pratiques favorables à la santé.

 

L'accès aux services de santé dès la naissance est essentielle (photo: UNFPA Bénin)

 

Agence leader : MS et OMS

Autres agences impliquées : UNICEF, UNFPA, PAM, PNUD, ONUSIDA.

Les produits du SNU pour la réalisation de l’Effet 2 :

  1. Les institutions et les acteurs des niveaux national et départemental, des zones sanitaires et des collectivités locales (communes) ont des capacités accrues pour la planification, la coordination et le suivi de la mise en œuvre des paquets d’intervention à haut impact de qualité en santé, nutrition, planification familiale, Santé de Reproduction des Adolescents et des Jeunes, VIH/SIDA, maladies non transmissibles et assainissement de base
  2. Les Zones Sanitaires et les communes retenues ont des capacités accrues pour offrir des paquets d’interventions à haut impact de qualité en santé, nutrition, planification familiale, SRAJ, VIH/SIDA, MNT et assainissement de base
  3. Les communautés des communes d’intervention ont des capacités accrues pour l’adoption des comportements favorables à la santé, à la nutrition, à l’hygiène et l’assainissement de base, la Planification Familiale, la SRAJ, et à la prévention du VIH/SIDA et des MNT

Situation: La mortalité maternelle (350 décès maternels pour 100 000 naissances vivantes), la mortalité infanto-juvénile (90‰), la fécondité (4,9 enfants par femme) et la malnutrition (43% des enfants de moins de 5 ans) restent élevées. Cela est dû à une offre insuffisante de soins préventifs et curatifs de santé néonatale, infanto juvénile, de planification familiale et de soins obstétricaux d’urgence. Les maladies non transmissibles comme le diabète, les maladies cardio-vasculaires constituent aujourd’hui les principales causes de décès prématurés et de lésions traumatiques. En 2008 au Bénin, la prévalence nationale de l’hypertension artérielle était estimée à 27,5%, celle du tabagisme à 16% contre 3% pour le diabète sucré1. Les accidents de la route constituent la 3ème cause de mortalité dans le pays, après le paludisme et la malnutrition infantile. On note également une insuffisance et une répartition inégale de ressources humaines qualifiées, une gestion inadéquate du système logistique et de gestion des approvisionnements, et des faiblesses au niveau de la gouvernance et du leadership. A ces facteurs s’ajoute la persistance des normes et pratiques socioculturelles néfastes à la réalisation du droit à l’épanouissement et à la bonne santé de la mère, de la jeune fille et des enfants dans un environnement assaini.

 

A cet égard, le SNU, dans le domaine de la santé, interviendra aux niveaux politique, institutionnel et opérationnel y compris communautaire en vue d’améliorer la qualité de l’offre des services de santé incluant le VIH/Sida, les MNT, la nutrition, la Planification Familiale, l’assainissement de base.

 

En 2014, le taux de réalisation financière de l’Effet 2 est de 236% soit environ 11,8 millions de dollars US dépensées sur une prévision de 5 millions de dollars US. Cette situation est essentiellement due à : i) l’organisation des campagnes de vaccinations de masse (poliomyélite, rougeole) liés à la situation épidémiologique du pays, ainsi quatre campagnes de vaccination ont été organisées au cours de l’année 2014 contre une prévision initiale de deux campagnes ; ii) à la réhabilitation de la chaîne de froid au niveau central qui a fait l’objet de négociation avec l’Alliance Gavi pour l’affectation des ressources à cette activité en 2014 ; iii) à la survenance de l’épidémie Ebola dans certains pays de la sous-région, appelant à des actions de prévention de la maladie au Bénin.

 

Pour plus d’information, consultez l’UNDAF 2014-2018.