La FAO, le PAM et l’UNFPA conjuguent leurs efforts pour l’amélioration de la sécurité alimentaire au Bénin

 La femme jour un rôle clé dans le maintien de la sécurité alimentaire (Photo: FAO Bénin)

Trois agences des Nations Unies au Bénin, la FAO, le PAM et l’UNFPA ont procédé, le vendredi 5 juin 2015 à Cotonou, à la signature avec le Gouvernement du projet conjoint d’appui à l’« Amélioration de la sécurité alimentaire et renforcement des capacités communicatives, relationnelles et de leadership des femmes dans les communes d’Aplahoué, de Djakotomè et de Dogbo ».

 

D’un coût global de 700.000 USD, ce projet d’une durée de deux ans vise à améliorer le bien-être des femmes rurales, leur sécurité alimentaire, leur état nutritionnel, afin qu’elles puissent mieux prendre en charge la gestion de leur développement et de leur santé de la reproduction.

 

Selon Marcel A. de Souza, Ministre du Développement, de l’Analyse Economique et de la Prospective, le Bénin a traversé au cours de la dernière décennie des crises ayant pour répercussions une dégradation de la sécurité alimentaire et nutritionnelle des couches vulnérables, l’apparition de nouveaux groupes à risque et des répercussions néfastes sur l’éducation, la santé et la protection des enfants et des groupes vulnérables.

 

Une étude réalisée en 2013 a révélé qu’« au niveau national 11% de la population soit environ 1,1 million de personnes sont en insécurité alimentaire sévère ou modérée et 34% en insécurité alimentaire limitée, soit plus de 3 millions de personnes ». Sur les douze (12) départements que compte le Bénin, trois présentent les taux d’insécurité alimentaire les plus élevés. Il s’agit du Couffo (29%), du Mono (28%) et de l’Atacora (25%).

 

« Je suis convaincu que la signature de ce projet conjoint est une réponse aux causes de l’insécurité alimentaire, ses conséquences et à l’absence d’intégration de la santé maternelle et infantile dans les projets de développement durable », a indiqué le Ministre de Souza.

 

Avec l’adoption prochaine des Objectifs de Développement Durable, qui se déclineront probablement en 17 objectifs, 169 cibles et près de 300 indicateurs, le travail de développement deviendra de plus en plus complexe ; d’où la nécessité de travailler ensemble, a fait observer Madame Rosine Sori Coulibaly, Coordonnateur Résident du Système des Nations Unies (SNU) et Représentant Résident du PNUD au Bénin. « La signature de ce projet conjoint marque une fois de plus l’engagement des agences du SNU à travailler plus en synergie pour soutenir le programme de développement du Gouvernement », a-t-elle ajouté.

 

La cérémonie de signature a été rehaussée par la présence du Ministre des Enseignements Maternel et Primaire, de la Santé, du Développement, des représentants du Ministre de l’Agriculture, de l’Environnement, de la Famille ; du Représentant du Représentant de la FAO, du Représentant de l’OMS, du PAM, de l’UNFPA, du Coordonnateur Résident du SNU au Bénin et de leurs collaborateurs.

 

Madame Sori Coulibaly a renouvelé, au nom de toute l’Equipe pays des Nations Unies, ses remerciements au Gouvernement et plus particulièrement aux Ministères partenaires de mise en œuvre du projet conjoint notamment le Ministère de la Famille, des Affaires Sociales, de la Solidarité Nationale, des Handicapés, et des Personnes de Troisième Age, le Ministère de l’Agriculture, de l’Elevage et de la Pêche et le Ministère des Enseignements Maternel et Primaire pour leur engagement en vue de la réussite dudit projet.