SNU – Formation sur l’intégration du genre dans la planification de développement

 La prise en compte des besoins des femmes est importante pour qu’un projet puisse avoir un impact (photo: SNU Bénin)

Le 1er décembre 2015, à l’INFOSEC de Cotonou, une formation sur l’intégration du genre dans la planification du développement été organisée. Dispensée par Gaëlle Demolis de l’ONU FEMMES, cette formation été une opportunité de rappeler pour certains et de découvrir pour d’autres les concepts fondamentaux du genre, la manière de l’intégrer efficacement dans les différentes étapes de programmation.

 

L’appui du Système des Nations Unies au Gouvernement du Bénin ne peut être effectif que si toutes les catégories de population, homme et femme, soient prises en compte selon leurs besoins. Ainsi, dans le cadre de sa planification et de son programme, le SNU Bénin adopte une approche genre. Cette approche permet d’analyser les effets respectifs des possibles options tenant compte des hommes et des femmes avant la prise de décision, et repose sur l’évidence que les femmes et les filles constituent 52% de la population béninoise et qu’elles sont les plus susceptibles de vulnérabilité. En effet, en 2013, l’indice d’inégalité du genre qui mesure le déficit de progrès résultant d’inégalité de genre dans les domaines de la santé de la reproduction, l’autonomisation et l’accès à l’emploi est estimé à 0,614, classant le Bénin au 134ème rang sur 187 pays (PNUD 2014, rapport sur le développement humain 2014). Cette situation résulte, entre autres, de la faible croissance du revenu global et des inégalités persistantes entre les hommes et les femmes en terme de respect et de jouissance des principaux droits humains tels que l’accès aux revenus, l’éducation et la santé. En matière de santé de la reproduction par exemple, le taux de mortalité maternelle demeure relativement élevé au Bénin, soit 497 pour 100 000 naissances vivantes en 2011 (Enquête Démographique et de Santé 2011). Dans le secteur de l’éducation, les données révèlent que la parité est presque atteinte dans l’éducation primaire 0,93 %) mais le maintien des filles dans le système éducation demeure un défi majeur. Le taux d’analphabétisme est élevé chez les femmes (67,1%) relativement aux hommes (47,9 %). Aussi, l’étude nationale réalisée sur les violences basées sur le genre, révèle-t-elle qu’au Benin, 69% de femmes et 44% de filles sont touchées par des violences physiques et de privation économique, en grande partie et des violences morales et psychologiques. Une femme sur 4 est abusée au cours de sa grossesse et exposée aux risques d’avortement et de contamination au VIH. Pour ce qui concerne l’accès au foncier, 85,1% des propriétaires de parcelles sont des hommes contre 14,9% de femmes. Cette tendance s’observe quelle que soit la caractéristique sociodémographique et économique des propriétaires.

 

Sur le plan politique, l'avènement de la démocratie a permis aux femmes de s'engager dans la vie politique à travers des organisations de lutte pour leur émancipation et la défense de leurs droits. Cependant, elles sont encore peu représentées dans les instances de prise de décision malgré les efforts ayant permis de franchir des pas non négligeables. Sur la base des résultats provisoires des dernières élections, 2 femmes maires, 4 premières adjointes aux maires et 10 femmes chefs d’arrondissement ont été élues. Au total, le nombre de femmes élues s’élèvent à 66. Au sein du Gouvernement actuel, 7 sur 28 ministres sont des femmes, soit un taux de 25% par rapport à 14,8% en 2014.

 

La formation sur l’intégration du genre dans la planification de développement permettra ainsi au personnel du SNU et leurs partenaires auprès du Gouvernement de répondre à ces défis. Au total, 58 personnes dont 30 femmes ont participé à la formation. Interactive, la formation a permis aux participants de faire part de leurs expériences et a connu de débats sur les principes fondamentaux de l’approche genre.

 

Des exercices sur la résolution de problèmes sur le genre dans des interventions dans le développement ont permis aux participants de réfléchir davantage sur la manière dont l’intégration du genre se fait concrètement. Cette formation fait suite à une recommandation de l’Equipe Pays lors de sa retraite annuelle tenue en fin 2014.