PAM - Atelier de formation des formateurs en Planification Communautaire Participative (PCP) à Malanville

 La communauté de Malanville durant la planification (Photo: PAM Bénin)

La troisième étape de préparation pour des activités de renforcement de la résilience des communautés de Karimama et Malanville a démarré lundi 7 décembre par la formation des formateurs en Planification Communautaire Participative (PCP). Cette réunion, organisée par le Programme Alimentaire Mondial (PAM), s’est tenue à l’Hôtel Sota à Malanville, et a réuni les représentants des Plateformes Communales de Réduction de Risques, de Catastrophes et d’Adaptation aux Changements Climatiques, les ONGs locales et internationales, les personnes ressources venues du Bureau Régional du PAM au Sénégal.

 

La rencontre a fait l’objet de deux phases. La première est relative à la formation en salle et la seconde est celle du partage de l’outil de planification et de sa traduction en langue locale pour les communautés suivie de discussions, d’identification et de présentation des activités urgentes en faveur de la résilience. « Il s’agira au cours de cette séance d’aller sur le terrain, d’échanger et de discuter avec les communautés sur leurs attentes en matière d’adaptation aux différents chocs » a affirmé Antoine Hauzeur, Chargé de Programme au PAM Bénin.

La première étape a consisté à l’identification, au niveau national, des communes les plus vulnérables. « Grâce à plusieurs études, Karimama et Malanville ont été identifiées comme les communes les plus vulnérables qui sont devenues la zone de convergence du Système des Nations Unies. C’est pourquoi nous focalisons notre intervention sur ces deux communes afin de renforcer la résilience des populations » a affirmé Antoine Hauzeur.

 

Quant à la seconde étape (Planification Saisonnière des Méthodes d’Existence), elle a permis de dresser un tableau sur ce qui se fait au niveau des deux communes, de réaliser une matrice qui est sous forme de calendrier et qui permettra de planifier les interventions du PAM dans l’avenir.

 

L’exemple de Galiel

C’est à Galiel, un quartier périphérique de Malanville, que l’équipe du PAM accompagnée des participants, ont mis en pratique l’outil de planification communautaire participative. Selon El Hadji Ousmane Badji, Formateur, Chargé de Programme au PAM Sénégal, ces deux jours de travaux ont permis de réfléchir, d’identifier, ensemble avec les communautés, les différents chocs auxquels ils sont exposés. C’était également l’occasion d’analyser les stratégies d’adaptation, de répertorier les zones de forte dégradation des terres, d’apprécier les zones inondables et aménageables à mettre en place dans le cadre de la résilience.

 

La prochaine étape se focalisera sur la définition d’une feuille de route pour la mise en œuvre des interventions priorisées, la discussion des sous activités relatives à chaque intervention, l’analyse des partenariats potentiels pour l’opérationnalisation de cette feuille de route et enfin l’évaluation des conditions de transfert de compétences aux services techniques dans le cas de l’accompagnement du Gouvernement.