Célébration des 70 ans de la FAO : Godfrey Nzamujo, fondateur du Centre Songhaï, distingué pour son action en faveur de la lutte contre la faim et la pauvreté au Bénin

 Le Représentant résident de la FAO au Bénin, Dr. Tiémoko Yo, remet au Frère Godfrey Nzamujo la médaille de la FAO

A l’occasion de la célébration de son 70ème anniversaire, l’Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO) a récompensé Godfrey Nzamujo, fondateur et directeur du centre Songhaï, pour sa contribution innovante à la transformation de l’agriculture africaine.  Au cours de la cérémonie de remise de la médaille commémorative des 70 ans de la FAO, qui a eu lieu ce mardi 15 décembre à la FAO à Cotonou, un film sur le centre Songhaï, mettant à l’honneur son fondateur, a été projeté.

 

Lors de la cérémonie, le Dr. Tiémoko Yo, Représentant résident de la FAO au Bénin, a évoqué les combats et les réussites de la FAO depuis sa création. « Au cours des quinze dernières années, la lutte contre la faim et la malnutrition a marqué d’importants progrès dans de nombreux pays du monde », a-t-il rappelé. « Sur 129 pays suivis par la FAO, 73 ont atteint l’Objectif du Millénaire pour le développement (OMD) lié à la faim [1C], à savoir réduire de moitié la proportion de personnes souffrant de la faim ». Le Bénin est l’un de ces 73 pays. « A l'occasion de son 70ème anniversaire, la FAO a décidé d’attribuer une distinction spéciale à ceux sans qui réduire la faim dans le monde serait resté seulement un rêve. Sans aucun conteste, le Frère Godfrey Nzamujo fait partie de ceux-là », a ajouté le Dr. Tiémoko Yo.

 

 « C’est une grande joie de voir mon travail reconnu par les Nations Unies, à travers cette distinction honorifique qui m’est accordée par la FAO aujourd’hui », a déclaré le Frère Godfrey Nzamujo. « Mais cette médaille n’est pas une consécration : elle est un encouragement à redoubler d’efforts pour réaliser le plein potentiel de l’Afrique, car ma conviction est que nous sommes capables d’assurer notre propre développement ».

 

Originaire du Nigéria et formé aux Etats-Unis, Godfrey Nzamujo a conçu et fondé le modèle du centre Songhaï au Bénin, à Porto-Novo, en 1984. Depuis plus de 30 ans, ce centre forme des milliers de jeunes agriculteurs aux techniques agricoles durables et novatrices imaginées par son fondateur et a vu ses rendements exploser. Exemple de génie africain, par des Africains, pour des Africains, le centre Songhaï a pu prospérer et a vu son modèle étendu et répliqué dans d’autres communes du Bénin, avec l’appui du Gouvernement, des partenaires et des agences du Système des Nations Unies, notamment de la FAO et du Programme des Nations Unies pour le développement (PNUD).

 

Ainsi, à travers le Projet de promotion de l’entrepreneuriat agricole (PPEA), dont le Centre Songhaï est partenaire technique, le PNUD a accompagné l’ouverture de deux centres d’incubation dans la continuité du modèle Songhaï pour les jeunes agriculteurs à Kétou et Zangnanado. Deux autres sites sont en cours d’aménagement à Djougou et Kandi. Exploitant les synergies avec son projet d’appui aux Business Promotion Centers, le PNUD outille également les jeunes formés dans le cadre de Songhaï pour l’élaboration et la mise en œuvre de leurs plans d’affaire. La FAO, quant à elle, a organisé en 2013 une visite du Centre avec le Directeur général de la FAO, qui en a gardé une très bonne impression. Elle a aussi, au cours de l’année 2015, fourni un appui occasionnel à cette structure.

 

Mme Rosine Sori Coulibaly, Coordonnateur Résident du Système des Nations Unies et Représentant Résident du PNUD au Bénin a réitéré l’engagement des Nations Unies à poursuivre sa collaboration avec le centre Songhaï pour le développement du Bénin et le renforcement de la sécurité humaine des Béninois. « Je salue le frère Nzamujo pour ses accomplissements et notamment sa réflexion positive sur le leadership des jeunes au service du développement : le centre de formation prend en compte cette dimension et formera dans les années à venir 4000 jeunes pour qu’ils aient davantage confiance en eux-mêmes et puisse prendre en main le développement de leur pays », a annoncé Mme Coulibaly.