Les résultats définitifs du 4ème Recensement Général de la Population et de l’Habitation disponibles : le Bénin connait une croissance soutenue

 Le Présidium lors de la présentation des résultats du RGPH4 (Photo: UNFPA Bénin)

Monsieur Lionel Zinsou, Premier Ministre en charge du Développement a procédé le mardi 5 avril 2016 au lancement de la dissémination des résultats du 4ème Recensement Général de la Population et de l’Habitation (RGPH4) du Bénin en présence du Ministre en charge de la Décentralisation, du Représentant de l’UNFPA, des partenaires techniques et financiers, des cadres de l’administration, des élus locaux, des chercheurs. La séance a permis à la centaine de participants de prendre connaissance des principaux résultats de cette grande opération de collecte de données sociodémographiques. Les résultats révèlent que la population du Bénin est passée de 6 769 914 habitants en 2002 à 10 008 749 en 2013, signifiant un taux d’accroissement annuel de 3,5%. Les femmes, comptant 5 120 929, constituent 51,2% de la population totale.

 

A la suite du message de bienvenue de Monsieur Alexandre Biaou, Directeur Général de l’INSAE, le Représentant de l’UNFPA, Dr Koudaogo Ouedraogo, au nom des partenaires techniques et financiers, a salué le lancement de la dissémination des résultats du RGPH4. Pour lui, « La connaissance de l’effectif, de la structure, de la dynamique et des perspectives d’évolution de la population demeure un préalable pour les planificateurs, les producteurs de biens et de services, les décideurs politiques, les institutions internationales et les organisations non gouvernementales. Pour satisfaire ces besoins d’informations, le recensement général de la population et de l’habitation constitue la principale source de données. »

 

Dr Ouedraogo a félicité le Gouvernement pour son engagement à réaliser cette importante opération pour disposer des données sociodémographiques fiables pour la planification du développement. Il a ensuite remercié les différents acteurs qui se sont impliqués pour la réussite du recensement.

 

Dans son allocution, le Premier Ministre a rappelé que tout commence par la démographie et la croissance démographique, se fait par la fécondité et l’espérance de vie. La croissance démographique est aujourd’hui le moteur du développement et du progrès et constitue un élément du débat politique.

 

Des leçons ont été tirées du RGPH4. Entre autres, concernant l’urbanisation dont la dynamique reste très forte, en une génération, le Bénin aura connu des communes dont la population a dépassé le seuil du million d’habitants. Cette situation induit le déploiement important de services publics pour satisfaire les besoins des populations. La dynamique démographique induit également des inégalités à l’intérieur du pays avec la création de mégalopole le long de la côte ayant Cotonou pour épicentre et étant en contraste avec le reste du territoire.

 

La dynamique démographique actuelle constitue une opportunité mais engendre également des coûts importants en termes de demande sociale. Ces dernières années, des efforts ont été menés pour réduire la pauvreté d’où la régression de la pauvreté humaine et la pauvreté non monétaire. Cependant, la pauvreté monétaire a stagné entre 2002 et 2013, indiquant ainsi que la croissance économique n’est pas toujours un moteur de réduction de la pauvreté. Il faut des politiques appropriées fondées sur la solidarité pour réduire les inégalités.

 

Quelques enseignements du RGPH4

 

1/ Dr Ouedraogo a relevé que la mobilisation de ressources a été un élément critique. Ainsi, il a suggéré de prendre les dispositions idoines pour la création d’un fonds de soutien pour le renforcement de l’activité statistique, notamment la collecte et le traitement de données d’enquêtes et de recensements.   

 

2/ La disponibilité des résultats de ce recensement intervient à un moment essentiel dans le processus de planification du développement du pays. Au lendemain de l’adoption des Objectifs de développement durable, le besoin de données reste un élément déterminant pour apprécier les diagnostics et définir les cibles. Dr Ouedraogo a donc saisi cette opportunité pour inviter les acteurs sectoriels, les chercheurs, les élus locaux  et les opérateurs économiques à tirer le meilleur profit de cette mine d’informations.

 

3/ Du point de vue de la répartition de la population, Cotonou voit sa population se maintenir en dessous de 700 000 habitants (679 012 en 2013 contre 665 100 habitants en 2002). Par contre les villes environnantes : Abomey-Calavi, Sèmè Kpodji connaissent une croissance galopante. Les départements de l’Atlantique et du Borgou restent les plus peuplés avec respectivement 1.398.229 et 1.214.249 d’habitants, soit 14% et 12,1% de la population totale.