Le Japon renforce les capacités institutionnelles du CPADD en partenariat avec le PNUD

UNCT-BJ_2017-01-31-PNUD-JAPON

Cotonou, le 31 janvier 2017 : Dans le cadre du renforcement des capacités opérationnelles et d’accueil du Centre de Perfectionnement aux Actions de Déminage et de Dépollution (CPADD), un nouveau bâtiment devant abriter la direction dudit centre a été inauguré ce jour à Ouidah par le Ministre délégué auprès du Président de la République, chargé de la Défense nationale l’Ambassadeur du Japon près le Bénin et le Représentant Résident du PNUD.

Cet édifice est réalisé dans le cadre du Projet d’Appui à la Formation au CPADD mis en œuvre par le PNUD sur financement du Gouvernement japonais, afin de mieux répondre aux multiples sollicitations en matière de formation des spécialistes en gestion des stocks de munitions, en déminage humanitaire et aux opérations de maintien de la paix sur le continent africain.

SEM Kiyofumi Konishi, Ambassadeur du Japon près le Bénin a laissé entendre que le Bénin a bénéficié de deux phases de financement à travers le CPADD avec un coût global de 2,5 millions US$, soit plus de 1,5 milliard Fcfa.  « Ce nouveau bâtiment administratif représentera le symbole de notre ferme détermination dans la lutte contre les restes explosifs de guerre et pour la paix et la stabilité en Afrique », a-t-il déclaré.  Il a remercié le Gouvernement du Bénin et le PNUD « pour le rôle très significatif joué dans la mise en œuvre des projets financés par le Japon au profit du CPADD », sans oublier le personnel et les stagiaires du centre, qui se consacrent à la consolidation et au maintien de la paix. 

Le projet d’appui au CPADD d’un montant de 500 000 US $ dont la gestion a été confiée au PNUD, dans le cadre du partenariat qui le lie au Japon, a permis l’élargissement de la capacité d’accueil, le renforcement des capacités institutionnelles du Centre à travers diverses acquisitions de matériels et équipements dont notamment l’acquisition d’un moyen roulant de chantier ; le renforcement des capacités techniques d’intervention à travers les formations et la participation à des ateliers internationaux.

Tout en appréciant le partenariat entre le Japon et le PNUD, M. Siaka Coulibaly, Coordonnateur Résident du Système des Nations Unies et Représentant Résident du PNUD a affirmé que la participation du PNUD à un tel projet n’est pas une première. « Principal organisme des Nations Unies à traiter des conséquences socioéconomiques à long terme des mines terrestres et des explosifs utilisés en temps de guerre, le PNUD aide actuellement plus d’une vingtaine de pays à réduire le nombre d’armes en circulation et appuie les initiatives politiques visant à faire en sorte que le contrôle des armes légères fasse partie intégrante du programme de développement aux niveaux international, régional et national », a-t-il indiqué.

M. Candide Azannaï, Ministre chargé de la Défense nationale  a, pour sa part, exprimé le vœu de voir à l’avenir des centres de paix renforcés à la place des centres de déminage. Il a remercié tous les partenaires notamment la France et le Japon, qui ont contribué au rayonnement du CPADD et au renforcement de la capacité d’accueil dudit centre. Il a par ailleurs souhaité, que leur appui continue pour la pérennisation des acquis du centre.

Créé en 2002 et rendu opérationnel en 2003, le CPADD a comme vocation la formation au déminage humanitaire, a précisé le Lieutenant-colonel Saturnin Obelakou, Directeur du centre. Il a accueilli de 2003 à 2016 en formation, 2333 stagiaires venant de plus d’une trentaine de pays  et de trois continents.

La visite guidée du bâtiment nouvellement construit a mis un terme à la cérémonie, qui a connu la participation de l’Attaché de Défense  de l’Ambassade de France, des officiers supérieurs, membres du haut commandement militaire et des usagers du centre.

 ==========================================================================

Pour plus d’informations, prière de contacter :

Ibouraima Yankpé Gbere, Team Leader Gouvernance  –  ibouraima.yankpe@undp.org