Concertation nationale pour « ne laisser personne de côté » dans l’UNDAF 2019-2023

UNCT-BJ_Concertaion Ne laisser personne de côté _UNDAF 2019-2023_2018Photo de famille des participants à l'atelier de concertation nationale pour "Ne laisser personne de côté" dans l'UNDAF 2019-2023

 

Cotonou, le 18 avril 2018 : Dans le cadre du processus d’élaboration du nouveau Plan Cadre des Nations Unies pour l’Aide au Développement pour le cycle 2019-2023, le Système des Nations Unies au Bénin et le Gouvernement ont organisé ce jour à Cotonou une concertation nationale avec les personnes vulnérables et la société civile, afin de traduire en actions concrètes le principe de l’agenda de développement 2030 : « Ne laisser personne de côté ».

Cette rencontre a permis à travers des discussions de groupe d’identifier les couches de populations parfois laissées de côté dans les politiques et programmes de développement ; de recueillir les aspirations des différents groupes qui se sentent laissés pour compte et de proposer des mécanismes à mettre en place pour une prise en compte de leurs aspirations dans le prochain cadre de coopération entre les Nations Unies et le Bénin.

A l’entame de la rencontre, M. Adama Bocar Soko, Représentant Résident Adjoint du PNUD, représentant le Coordonnateur Résident du Système des Nations Unies empêché a rappelé que l’Equipe-pays du Système des Nations Unies s’est engagée dans le processus d’élaboration du nouveau UNDAF dans une démarche inclusive et participative. Il a souligné par ailleurs que les principales cibles des  actions du SNU pour le prochain cycle sont  entre autres de : i) jeunes diplômés sans emploi, ii) personnes vivant avec un handicap, ii) populations pauvres vivant dans les zones frontalières et rurales en particulier les femmes et les jeunes ; iii) transgenres, toxicomanes, iv) enfants placés (vidomègons), v) personnes privées de liberté et vi) personnes du troisième âge qui ne sont pas toujours suffisamment pris en compte dans les politiques et programmes de développement au Bénin.

 « La question du handicap est transversale et doit être prise en compte dans tous les secteurs. Les personnes handicapées ont besoin d’inclusion et d’une pleine participation à la vie sociale (accès à l’emploi, à la formation, l’éducation et l’information en format adéquat comme la langue des signes, l’écriture braille, accessibilité aux édifices publics etc.)» a affirmé Géronime Tokpo, Présidente de la Fédération des Associations de personnes en situation d’handicap.

« L’engagement de ne laisser personne de côté suppose la mise en œuvre des programmes de développement inclusif orientés vers les populations à la base pour intensifier la lutte contre la pauvreté sous toutes ses formes et renforcer l’économie à partir de la base », a rassuré M. Adama Soko.

Le Secrétaire Général du Ministère du Plan et du Développement M. Zakari Tassou, a salué la coopération entre les Nations Unies et le Bénin et s’est félicité du Bilan Commun Pays, qui constitue une analyse approfondie de la situation du pays renseignant sur les dimensions telles que l’élimination de la pauvreté, la réduction des inégalités, la promotion de la paix et de la sécurité, l’inclusion sociale, la promotion des droits humains et la préservation de l’environnement ;  toutes choses qui cadrent avec la vision et les aspirations du Gouvernement.

Le Plan cadre des Nations Unies pour l’Aide au Développement « PNUAD ou UNDAF (en anglais) » constitue la réponse collective du Système des Nations Unies (SNU) aux défis de développement identifiés conjointement par le Gouvernement et les agences du SNU. Il est aligné sur les priorités nationales déclinées dans les documents de planification nationale tels que le Programme d’Actions du Gouvernement, le Plan National de Développement et le Programme de Croissance pour le Développement Durable.