FAO - Professionnalisation de la filière cunicole : 700 lapins géniteurs de souche performante pour les éleveurs

 140 éleveurs ont bénéficié des lapins géniteurs de souche performante (Photo: FAO Bénin)

Abomey-Calavi, première des sept communes de mise en œuvre du projet d’« appui à la professionnalisation de la filière cunicole au Sud du Bénin » financé par l’Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO), a bénéficié lapins géniteurs de souche performante au profit des fermes cunicoles de son territoire.

A l’issue de quatre jours d’activité, le 8 juin 2016, 174 lapins géniteurs de souche performante ont été mis en place au profit de 41 éleveurs. Michel-Patrick Crinot, Ingénieur agronome zootechnicien et coordonnateur du projet, s’adressant aux éleveurs a noté, « vous êtes les premiers éleveurs de lapins au plan national à recevoir ces lapins géniteurs de souche performante. A travers cela, nous espérons que le niveau génétique et le potentiel de croissance de vos lapins seront nettement améliorés. Je suis convaincu de votre engagement à la consolidation de vos acquis et au renforcement de votre production. Il est cependant nécessaire de ne pas négliger les étapes de vaccination, le respect des règles de biosécurité telles que décrites sur les fiches qui vous ont été remises ».

Le président de l’Union Communale des Coopératives d’éleveurs de lapins d’Abomey-Calavi Thierry Mensanvi, a répondu par la volonté d’œuvrer à faire de la commune le premier producteur de lapins au Bénin à cette exhortation. Il a aussi plaidé pour la prise en compte de plus d’éleveurs dans la commune.

En plus de la dotation de lapins de race améliorée, la FAO fera également un suivi technique pour accompagner les éleveurs à accroitre la production de lapins et répondre efficacement à la pénurie régulière de produits à base de viande de lapins.

Des géniteurs performants dans un projet novateur

Résultant du croisement des lapins Hyla et ceux de souche locale, les géniteurs mis en place accroitront significativement la production des fermes bénéficiaires. Ces géniteurs auront un poids moyen de 3 à 3,5 kg à trois mois, alors que la souche locale pèse en moyenne 1,5 kg à cet âge-là.

A souligner que le lapin est une espèce à cycle court qui s’adapte à la fois à l’élevage familial et au mode d’élevage de type intensif. Au sud du Bénin où les exploitations sont de trop petite taille, l’élevage d’espèces à cycle court, constitue une alternative pour réduire non seulement la pauvreté, mais aussi les risques et les impacts sur la santé humaine dus aux maladies liées aux déficits alimentaires des populations vulnérables.

Outre le rôle essentiel qu’il joue dans la lutte contre la pauvreté, l’insécurité alimentaire et la malnutrition, il contribue également à répondre à la demande de produits d’origine animale (viande, lait, oeufs) en constante augmentation. Cependant, ce type d’élevage fait face à de nombreuses contraintes dont la baisse des performances des souches des géniteurs par exemple telle que révélée par une étude de la filière cunicole réalisée en 2014. Le projet « Appui à la Professionnalisation de la Filière cunicole au Sud-Bénin » a été ainsi initié pour améliorer le niveau d’alimentation en protéines animales de la population. Il favorise également la création ou la stabilisation des emplois de jeunes et de femmes vivant essentiellement de la production et de la valorisation des produits à base de viande de lapin.

Au total, 140 éleveurs des sept communes d’intervention, à savoir, Abomey-Calavi, Porto-Novo, Sèmè-Podji, Adjara, Aplahoué, Cotonou et Bohicon, ont bénéficié de 700 lapins géniteurs de souche performante.

 

______________________________________________________

 

Pour plus d'information, contactez la FAO Bénin, FAO-BJ@fao.org